Bonjour à vous,
Il fait froid en Auvergne mais un bon feu réchauffe. La Cordée est toujours présente et travaille. La preuve je vais vous raconter une histoire que j'ai empruntée à Bernard Haillant :

J'avais une grand-mère;

Non, plutôt deux,

Parce que chez nous, en Auvergne,

On en a toujours deux

Des grands-mères.
Alors la première,
Grand-mère la droite,
Grande et mince,
Pas toujours rigolote,
Qui s'intéressait à la politique, d'ailleurs!
Puis la deuxième :
Grand-mère L'horloge
Était plus petite, enfin,
Plus large ...
(Ça ne veut pas dire que grand-mère la droite était mince de cœur,
Attention!)
Bref, disons que grand-mère l'horloge
était plus ronde,
Qu'elle avait pas la même politique que la droite
Et qu'elle m'amusait beaucoup!
Vous ne me croiriez pas si je vous disais
Qu'elle continue de sonner,
De nos jours,
Avec tous les ennuis que ça peut causer!
Car ça cause, une grand-mère,
Et parfois même, ça chante.
Celle-ci particulièrement.
Alors j'aimais grand-mère,
Grand-mère aimait sa chanson,
Et sa chanson m'aimait bien ...
Puis ça passe,
Puis c'est le trou .
Heureusement qu'il y avait Simone,
Vous savez, la Simone,
La femme au François le père au Jean-Marie?
J' me suis dit: vas-y l'interviewer
Vu que, ta grand-mère partie
Ta mémoire trouée,
Il te faut quelqu'un qui sache
Pour bien raccommoder . . .
Sitôt dit, sitôt fait,
J'y vais.

il fallait remettre du bois dans la cheminée puis j'ai fait simplement une photo et un petit diaporama sonore :

feu

Alors restez au chaud, je vais vous faire une confidence il parait que le printemps va revenir dans quelques mois.

A bientôt

Patrice